Vies D’albrecht Altdorfer : Peintre Mystérieux Du Danube par Paul Louis Rossi

Vies d’Albrecht Altdorfer
par Paul Louis Rossi

À la pinacothèque de Munich, on peut contempler aujourd’hui ” La bataille d’Alexandre “, oeuvre du peintre et graveur Albrecht Altdorfer (1480-1538). Tableau célèbre que Napoléon avait emporté avec Lui lors de ses campagnes d’Autriche. Altdorfer est donné comme un disciple de Dürer, et le maître de Nuremberg lui a sûrement fait de l’ombre. Dans une période tourmentée de l’Allemagne, il fut contemporain d’évènements considérables. C’est le temps où Martin Luther affiche en 1517 ses 95 thèses au château de Wittenberg, et que se prépare la guerre des Paysans. Insurrection des sectes anabaptistes, flagellants, adamites, bandes révolutionnaires d’artisans et de paysans, dirigées par Thomas Münzer. Les insurgés réclament l’application de L’Évangile et l’égalité. Le livre ne prononce pas de jugement, il montre simplement comment l’art de la peinture et de la gravure témoigne de ces bouleversements et de cette tragédie. Comment il en résulte pour les protagonistes et les spectateurs une délivrance, une consolation.

Traité des proportions
par Albrecht Dürer

” Dürer a été presque aussi célèbre comme écrivain que comme peintre “, écrivait Wolfflin. Pour preuve, ce passage du dialogue sur la prononciation du grec et du latin d’Erasme : ” De même que les musiciens versés dans leur art prononcent avec plus de justesse, même lorsqu’ils ne chantent pas, de même celui dont les doigts sont experts à mener des lignes de n’importe quelle forme trace les lettres avec plus de souplesse et de bonheur. Si tu désires une information plus précise et plus exacte sur ce sujet, il y a le livre d’Albrecht Dürer écrit (…) avec un très grand savoir ” L’influence des écrits de Dürer a ainsi été très forte sur l’histoire de l’art. Il pensait qu’avec le seul métier, l’artiste ne pouvait produire que des œuvres médiocres et fausses, et que devait s’y ajouter un savoir théorique. La formation d’un peintre ne pouvant ainsi être laissée au hasard, il devenait nécessaire qu’elle suivît le plan dicté par une méthode scientifique. Aussi projeta-il très tôt de publier un livre sur les principes de l’art de peindre. Le présent livre rassemble les textes les plus importants de Dürer.

Jules Verne
par Jean-Pierre Picot, Christian Robin

Il faut se méfier des commémorations. 2005, l’année du centenaire de sa mort, va-t-elle valoir à l’auteur de Vingt Mille Lieues sous les mers le cortège habituel de médiatisations intéressées, de tentatives de récupération idéologique tous azimuts, de cavalcades et de spectacles de cirque analphabètes ? Ou bien permettra-t-on d’inviter le public à lire les textes de celui qui est, fondamentalement, un écrivain véritable ? Va-t-on se servir de Jules Verne, ou va-t-on essayer de le servir ? Le présent ouvrage rassemble les communications présentées du 2 au 12 août 2004 au Centre culturel international de Cerisy-la-Salle, et dont les auteurs, d’horizons divers, ont en commun d’aimer Jules Verne et de vouloir le débarrasser de nombre de ces mythes tenaces qui continuent de s’attacher à son image. Verne au théâtre, Verne et la presse, Verne et la science-fiction, mais aussi les visages de la Chine, de l’Afrique, de l’Amérique – son pays d’adoption post-mortem – tels qu’ils sont donnés à voir dans ses Voyages extraordinaires, voilà quelques-uns des aspects de cette œuvre multiforme et chamarrée qui sont ici étudiés. Mais un écrivain est aussi un homme qui ré-écrit, et qui est lui-même ré-écrit par ses successeurs : on ne peut parler de Verne sans envisager sa relation à Poe ou à Baudelaire ; de même, la filiation vernienne décelable chez un Lovecraft ou chez un Pérec permet à rebours de mieux saisir l’originalité de cet écrivain.

Catégorie