Spiritualité & Société: Numéro Spécial Consacré À L’amorc par Collectif .

Spiritualité & Société
par Collectif .

Cette revue constitue une présentation synthétique de l’histoire de l’Ordre de la Rose-Croix, mais également et surtout de la philosophie et de l’enseignement proposés par l’A.M.O.R.C. Si vous en êtes membre, vous pouvez vous la procurer pour compléter vos archives personnelles ou pour donner à une personne susceptible d’être intéressée. Quant aux non-membres ou aux sympathisants, ils y trouveront une source complète d’informations sur le rosicrucianisme, tel que l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix le perpétue et le propose de nos jours

Quête Spirituelle TOME I
par Josselyne Chourry, Marcel Chourry

Voyager au sein des sociétés initiatiques à travers les civilisations et les époques est ce à quoi invitent les deux auteurs de cet ouvrage. Ceux-ci ont été à la rencontre d’un nombre certain d’initiés appartenant à des pays qui, s’il sont culturellement bien distincts, n’en ont pas moins bien des traits en commun quand les sociétés initiatiques des uns n’ont pas engendré directement celles des autres. Le premier volume est une approche historique. Il indique de quelle manière le monde ésotérique s’est développé. Le second volume parlera peut-être plus à ceux qui ont déjà quelque expérience en cet univers, étant essentiellement centré sur les enseignements proposés. L’ensemble forme donc une approche chrono-thématique. Les deux auteurs ont pris le parti de rester clairs dans leur expression et de ne pas favoriser telle ou telle hypothèse lorsque des querelles d’experts sont toujours d’actualité. Si le bonheur est le chemin, il est souhaité à tous ceux qui liront les lignes des deux tomes de ressentir un bien-être.

 


Pour un autre monde
par Serge Toussaint

Ce livre s’adresse à celles et ceux qui aspirent à un autre monde, fondé sur une vision spiritualiste, humaniste et écologiste de la société. Tous les thèmes traités par Serge Toussaint le sont dans cette optique, les uns se rapportant à des notions purement philosophiques et mystiques (l’âme, la conscience, les rêves…), les autres à des sujets de société (le bonheur, l’euthanasie, le transhumanisme…). Ecrit dans un langage simple, ce livre est une compilation de points de vue portant sur plus de cent sujets. Il constitue une base de réflexion et de méditation pour quiconque s’interroge sur lui-même, la vie en société et le sens profond de l’existence. Si les explications données sur les notions philosophiques reflètent l’enseignement de l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix, celles qui concernent les sujets de société n’engagent que l’auteur. L’AMORC est considéré dans le monde entier comme un mouvement philosophique, initiatique et traditionnel. Non religieux et apolitique, il est ouvert aux hommes et aux femmes, sans distinction de race, de nationalité, de classe sociale ou de religion. Reconnu d’utilité publique dans plusieurs pays en raison de sa contribution à la culture, à l’éducation et à la paix, il a pour devise : “La plus large tolérance dans la plus stricte indépendance”. Depuis son apparition au xviie siècle, l’ordre de la Rose-Croix a toujours été en adéquation avec son époque ; des membres illustres comme Comenius, Descartes, Spinoza, Newton, Goethe ou Novalis en témoignent. Aujourd’hui encore, les activités universitaires et éditoriales de l’AMORC restent très dynamiques. La philosophie rosicrucienne étant non dogmatique, elle invite chacun à demeurer un “vivant point d’interrogation” . Se poser des questions, n’est-ce pas le meilleur des commencements pour bâtir un autre monde ?

Quête Spirituelle TOME II
par Josselyne Chourry, Marcel Chourry

Voyager au sein des sociétés initiatiques à travers les civilisations et les époques est ce à quoi invitent les deux auteurs de cet ouvrage. Ceux-ci ont été à la rencontre d’un nombre certain d’initiés appartenant à des pays qui, s’il sont culturellement bien distincts, n’en ont pas moins bien des traits en commun quand les sociétés initiatiques des uns n’ont pas engendré directement celles des autres. Le premier volume est une approche historique. Il indique de quelle manière le monde ésotérique s’est développé. Le second volume parlera peut-être plus à ceux qui ont déjà quelque expérience en cet univers, étant essentiellement centré sur les enseignements proposés. L’ensemble forme donc une approche chrono-thématique. Les deux auteurs ont pris le parti de rester clairs dans leur expression et de ne pas favoriser telle ou telle hypothèse lorsque des querelles d’experts sont toujours d’actualité. Si le bonheur est le chemin, il est souhaité à tous ceux qui liront les lignes des deux tomes de ressentir un bien-être.

 


La manipulation mentale
par Arnaud Esquerre

Comment lutter contre les dérives possibles des groupes sectaires ? Quand les membres de sectes sont victimes d’escroquerie, d’atteintes à leur personne, de séquestration ou d’autres types de délits connus, l’Etat dispose d’un arsenal juridique efficace pour mener des actions et, après procès, obtenir d’éventuelles condamnations. Hors de ces délits caractérisés, la lutte contre les sectes relevait jusqu’aux années 1960 de la seule Eglise catholique, soucieuse de combattre de ” fausses églises “. Mais à partir des années 1970, cette lutte s’est émancipée du giron de l’Eglise et a changé de nature. Il s’est agi de lutter contre la manipulation mentale que feraient subir ces groupes à leurs adeptes, les privant de tout libre arbitre. L’État, qui s’est fait le relais de ce combat initié par des groupes de victimes et de proches de victimes, a donc cherché à qualifier juridiquement la manipulation mentale. Dans les années 2000, cette lutte a abouti à la création d’un délit pénal punissant la sujétion psychologique. Mais comment peut-on qualifier une situation de manipulation mentale ? Qui peut l’expertiser ? Cette sujétion psychologique est-elle réservée aux sectes ou s’applique-t-elle dans d’autres situations ? Et agir par le droit a-t-il permis de faire disparaître ou de réduire les manipulations mentales ? Arnaud Esquerre a mené l’enquête pendant plusieurs années auprès de toutes les parties concernées : victimes, proches des victimes, membres de sectes, représentants de l’Etat, juges, etc. Il raconte en sociologue comment la France a inventé le délit de ” sujétion psychologique “. Il montre ses implications pour nous tous : ces combats contre la manipulation mentale sont autant d’agencements à travers lesquels l’Etat exerce un pouvoir sur le psychisme des êtres humains. Un pouvoir particulièrement inquiétant parce qu’il laisse à ceux qui en ont la maîtrise une marge d’arbitraire très grande.

Catégorie