Rhapsodie Saxophone Et Orchestre par Jean-Pierre Thiollet, Marcel Charles Desban

Sax, Mule & co
par Jean-Pierre Thiollet, Marcel Charles Desban

LE SAXOPHONE doit tout ou presque à deux noms… Sax bien sûr, qui fut son inventeur, au XIXe siècle. Et Mule qui, au XXe siècle, comme illustre virtuose et pédagogue d’exception, fit rayonner cet instrument dans le monde entier. Marcel Mule ne se contenta pas en effet de jouer comme soliste des plus grands orchestres, sous la direction de Charles Münch ou de Herbert von Karajan, et de créer un prestigieux Quatuor de saxophones qui porta son nom et fut célébré aussi bien en Europe que sur le continent américain et en Asie. Il réussit également à réintroduire le saxophone au Conservatoire de Paris, à créer une classe et à la pérenniser. Né à Aube en Normandie en 1901, Marcel Mule est mort en décembre 2001. Mais il revit parmi nous grâce à ce livre qui contient le texte d’un entretien que le maître avait accordé à la fin du siècle dernier. Un discours plein de vie, d’enthousiasme, mais aussi d’une lucidité sans faille sur cet instrument de musique relativement récent qu’est le saxophone et les problèmes auxquels sont toujours confrontés les saxophonistes. S’exprimant en toute liberté, Marcel Mule rétablit certaines vérités, met en garde contre des évolutions qui risquent d’avoir les plus regrettables conséquences, et appelle les compositeurs du monde à s’associer à un renouveau de la création artistique autour du saxophone. A travers lui et son témoignage capital, c’est à la fois un siècle de musique qui est passé en revue et sans doute une nouvelle ère qui s’amorce… Avec un mini-dictionnaire de 200 compositeurs pour saxophone

Alfred Cortot
par François Anselmini, Rémi Jacobs

Pianiste virtuose, chef d’orchestre, chambriste, pédagogue aux méthodes et aux conceptions innovantes, musicographe, collectionneur, administrateur d’institutions, Alfred Cortot (1877-1962) brille aujourd’hui à travers ses enregistrements, ses écrits et ses « Éditions de travail », mais également par le biais de l’École normale de musique, qu’il a fondée en 1919. Interprète par excellence de Chopin, vaillant beethovénien, schumannien exalté, grand lisztien, wagnérien militant, cet héritier de l’âge romantique fut aussi le défenseur et le propagateur de la musique française de son temps à travers le monde.
Pendant l’Occupation, il a exercé des fonctions administratives et politiques. Motivée par sa germanophilie culturelle, son adhésion à l’idéologie vichyste ne fait pas de doute, pas plus que son ambition politique de réformer les conditions de la vie musicale française. Persistant dans ses convictions collaborationnistes jusqu’en 1944, il se voit violemment reprocher son attitude à la Libération. Il s’éloigne de la France et continue sa carrière de pianiste, donnant encore quelque cent à cent cinquante concerts par an et parcourant inlassablement le monde.
Portrait d’artiste scrutant avec finesse ce qui caractérise le jeu et l’héritage de Cortot dans son immense répertoire, cet ouvrage n’est ni un réquisitoire ni une tentative de réhabilitation. Adossée à d’incontestables documents, au carrefour de l’histoire culturelle et de la musicologie, cette nouvelle biographie entend dépasser les ambiguïtés de la mémoire d’Alfred Cortot. Elle présente sans concessions et dans tous ses aspects le génie protéiforme de l’un des plus illustres musiciens français de la première moitié du XXe siècle.

François Anselmini est agrégé d’histoire. Il a participé à l’ouvrage La Musique à Paris sous l’Occupation dirigé par Myriam Chimènes et Yannick Simon (Fayard, 2013).
Rémi Jacobs, diplômé du CNSMDP, doctorant en musicologie, a été directeur de collections chez EMI Classics. Il est l’auteur d’une biographie d’Heitor Villa-Lobos (Bleu Nuit éditeur, 2010).
Ils sont tous les deux les auteurs d’une biographie du Trio Cortot-Thibaud-Casals (Actes Sud, 2014).


Guide de la musique symphonique
par François-René Tranchefort

Ce livre (Prix de l’Académie Charles Cros 1986) se veut d’un genre inédit en France dans le domaine du livre ” musical “: celui du Guide d’écoute tant à l’intention d’un public non averti qu’à celle du mélomane, voire du professionnel.

De quoi s’agit-il? D’apporter à l’auditeur _ qui se rend au concert, qui écoute un programme de radio ou qui s’apprête à savourer le disque qu’il vient d’acquérir _ les informations les plus nécessaires sur les oeuvres musicales qui lui sont proposées et dont il pourra se flatter de connaître autre chose que le seul nom des interprètes. Dans le cas présent, tout ce qui relève de la musique symphonique, vocable dont l’imprécision même engendre la richesse: autrement dit, les symphonies, les poèmes symphoniques, les concertos, les suites d’orchestre et de ballet, les ouvertures, pain plus ou moins quotidien des formations symphoniques dans le monde.

On trouvera dans ce volume environ quinze cents analyses ou commentaires d’oeuvres orchestrales de quelque deux cents compositeurs, complétés de précisions sur les circonstances de leur composition, leurs sources d’inspiration, les date et lieu de leur création, leur effectif instrumental et leur durée moyenne d’exécution.

D’Albinoni à Xenakis, aucune oeuvre essentielle n’a été oubliée, mais, une fois les monuments du répertoire visités, les auteurs se sont autorisés de nombreux détours parmi des sites moins fréquentés, conviant le lecteur-auditeur à des découvertes hors des sentiers battus.

Tel quel, ce guide, d’une grande exactitude historique et musicologique, se présente comme le compagnon indispensable de toute écoute musicale.

Ce volume a été réalisé sous la direction de François-René TRANCHEFORT, avec la collaboration d’André LISCHKE, Michel PAROUTY et Marc VIGNAL.


Catégorie