Capitalisme  par Marie-Jean Sauret

Malaise dans le capitalisme
par Marie-Jean Sauret

Tout témoigne aujourd’hui d’une maladie du nom qui menace de jeter l’homme de la globalisation dans un scientisme religieux, totalitaire – dans une civilisation retournée contre elle-même. Au-delà d’un diagnostic sur l’état du lien social contemporain, l’ouvrage s’efforce de proposer des concepts susceptibles de permettre l’analyse, de saisir le réel en jeu. Il s’agit aussi de penser une alternative au formatage massif imposé par le discours capitaliste et à ses conséquences pour ses sujets. Ceux-ci ne sont pas sans ressources : protestation du symptôme, irréductibilité du féminin, amour, création…

Chine
par Marie-Claire Bergère

Les réformes économiques menées en Chine à partir de 1980 ont changé le destin de ce pays longtemps soumis à la dictature de Mao Zedong. Au tournant du nouveau siècle, la Chine, apparemment convertie au capitalisme, semble marcher vers la démocratie. La crise de 2008 a cependant mis en lumière le rôle croissant du secteur public qu’on croyait condamné, et les obstacles rencontrés par un capitalisme qu’on croyait prêt à triompher. Quelle est donc la véritable nature de ce système économique et politique ? Pour répondre à cette question, Marie-Claire Bergère examine la nature des réformes lancées depuis 1980, et conduites de façon autoritaire par un régime demeuré communiste dont l’objectif n’est pas de créer un système capitaliste, mais d’utiliser au mieux les ressources du marché pour développer la richesse de la Chine, renforcer sa puissance et préserver le monopole politique du parti. La stratégie mise en œuvre repose sur le rôle primordial accordé à un secteur public rénové et à ses entrepreneurs bureaucrates et sur le dynamisme soigneusement circonscrit du secteur privé et de ses capitalistes. La clé de voûte de ce système demeure le parti unique qui tire sa légitimité non plus de l’idéologie, mais de la croissance. Les succès remportés par ce nouveau capitalisme d’État sont-ils durables et en font-ils un modèle transposable ? Un tel modèle serait-il capable d’assurer la diffusion et l’universalisation des valeurs « confucéennes » dont se réclame désormais le pouvoir communiste ? Bien des scénarios sont imaginables dont trois sont ici examinés : panne de croissance catastrophique, improbable révolution sociale et maintien d’un statu quo flexible.

Une théorie du capitalisme est-elle possible?
par Robert Boyer

Qu’est-ce que le capitalisme ? Le capitalisme existe-t-il ? Ou y a-t-il des capitalismes ? Le capitalisme libéral amé-ricain finira-t-il par triompher de l’économie sociale de marché allemand et du capitalisme mixte français ou du capitalisme mésocorporatiste japonais ?

Qu’elle qu’en soit la forme, comment le capitalisme parvient-il à surmonter ses crises ? Krachs boursiers, délocalisations, économies émergentes, scandales financiers, crise du pétrole, chaque fois le capitalisme vacille, et chaque fois il rebondit. Comment rendre compte de sa résilience ?

Robert Boyer décrit dans ce livre à quelles conditions une théorie du capitalisme permet de répondre aux questions que posent ses développements les plus récents.

Robert Boyer, économiste, est directeur de recherches au CNRS, directeur d’études à l’EHESS. Il a publié Accumulation, Inflation, Crises (PUF, 1982), L’Après-Fordisme (Syros, 1993), La Croissance début de siècle (Albin Michel, 2002), et coordonné La Théorie de la régulation : état des savoirs (La Découverte, 2000).


Féodalité, capitalisme et État moderne
par Otto Hintze, Hinnerk Bruhns

Otto Hintze (1861-1940), considéré avec Max Weber comme l’un des pères fondateurs de la nouvelle histoire sociale en Allemagne, a renouvelé nos connaissances sur la genèse de l’État moderne. Ses débats avec les philosophes, sociologues et historiens de son temps constituent une contribution essentielle à l’histoire intellectuelle du premier tiers du 20e siècle. À travers sa réception de la sociologie naissante, il se révèle être l’historien allemand le plus novateur sur le plan méthodologique. Les dix textes choisis pour cette première édition française présentent certaines de ses contributions majeures à la recherche historique sur la genèse et les spécificités des systèmes politiques et économiques de l’Europe moderne.

Du communisme au capitalisme
par Michel Henry

L’effondrement à l’Est des régimes dits socialistes ne résulte pas seulement de circonstances politiques. C’est surtout le signe de la faillite d’un système qui, prétendant nier la réalité au profit d’abstractions et de principes faussement universels, s’apparente au fascisme. Mais de Prague ou de Bucarest, ceux qui se précipitent à l’Ouest ne savent pas encore qu’ une autre forme de mort les attend au rendez-vous: le nivellement des valeurs et des individualités, tel qu’il s’est développé à l’ombre du capitalisme, sous l’empire de la technique moderne. Entre Marx et Heidegger, entre Hanna Arendt et Herbert Marcuse, entre Est et Ouest, Michel Henry dénonce la barbarie culturelle contemporaine. Il se livre ici, en une belle méditation, à un plaidoyer émouvant d’humanité et d’indignation contre tout ce qui porte atteinte à l’individu, dans son corps, dans ses émotions et ses créations. Pour que la “défaite de la pensée” ne soit pas aussi la destruction de la vie.

Catégorie